Sélectionner une page

Le mag : en ligne avec l’art de vivre

Le groupe Verrecchia vous propose un magazine en ligne consacré à la qualité de vie, aux tendances déco, et au design.

Partez à la découverte de beaux intérieurs inspirants, d’édifices emblématiques du patrimoine, des acteurs de l’architecture, des villes françaises…

Renée Gailhoustet ou la révolution du logement social en Ile-de-France

Bien avant le Grand Paris, dont les contours se dessinent un peu plus chaque semaine, l’Ile-de-France a connu d’autres révolutions architecturales, comme celle des grands ensembles d’après-guerre. Une époque où l’architecte Renée Gailhoustet a tenté de casser les codes.

La mise en place du Grand Paris va prendre encore un peu de temps. Mais les projets immobiliers ou de transports sont déjà là. Sur le plan architectural, le végétal et les belles formes arrondies semblent avoir les faveurs des architectes. Une nouvelle révolution est donc en marche dans l’environnement parisien, et ce n’est pas la première, loin de là.

Impossible de ne pas penser au baron Haussmann, dont le style est l’un des symboles de Paris. Impossible, non plus, de ne pas s’arrêter sur les grands ensembles d’après-guerre, caractéristiques du développement des faubourgs de Paris et de sa banlieue proche.

On doit une bonne partie de cette (r)évolution à Renée Gailhoustet, architecte française née à Oran (Algérie), en 1929, qui a fait du logement sa spécialité. Elle a voulu sortir des grandes barres d’immeubles qui ont fleuri au cours des années 1960/1970 et proposer un autre modèle d’habitat collectif.
L’Académie d’architecture lui a d’ailleurs remis, en juin dernier, sa médaille d’honneur. L’occasion pour l’institution de lui rendre hommage : « Engagée dans l’architecture à une époque où les femmes étaient quasi absentes du métier, elle fut une des rares architectes à consacrer sa carrière aux problématiques du logement social, en proposant des solutions particulièrement novatrices dans les années 1960. »

Du social par le logement collectif

Renée Gailhoustet est à l’origine de plusieurs constructions reconnues : les logements de la Maladrerie, à Aubervilliers (1974-1984), ceux de l’îlot basilique, à Saint-Denis (1985) ou encore de la rue Etienne-Fajon à Villetaneuse (1996). On lui doit aussi la rénovation du centre-ville d’Ivry-sur-Seine où ont été réalisées, sous sa conduite, de nombreuses opérations de logement. La maison de quartier Jacques Brel de Romainville et les Ateliers de la Montjoie à la Plaine Saint-Denis portent aussi son sceau.

L’architecte et urbaniste aura passé une trentaine d’années à mettre en formes son engagement social par le biais de sa vision du logement collectif.

>> En vidéo:  l’interview de Renée Gailhoustet en avril dernier. Elle était alors la marraine de la promotion 2018 des architectes inscrits à l’Ordre des architectes d’Ile-de-France :

 Crédit photo : www.divisare/com-Lorenzo Zandri

 

Pin It on Pinterest