Sélectionner une page

Le mag : en ligne avec l’art de vivre

Le groupe Verrecchia vous propose un magazine en ligne consacré à la qualité de vie, aux tendances déco, et au design.

Partez à la découverte de beaux intérieurs inspirants, d’édifices emblématiques du patrimoine, des acteurs de l’architecture, des villes françaises…

« Une luminosité optimisée, ce sont des économies d’énergie »

La lumière s’impose comme le troisième critère lors de l’acquisition d’un bien immobilier. La start-up Solen propose ainsi des solutions permettant de calculer la luminosité et l’ensoleillement de l’habitat.

Rencontre avec Clément Henry, l’un de ses fondateurs :

Pouvez-vous nous présenter Solen ?

Clément Henry : Solen est une start-up qui a vu le jour en 2016 à Paris sous l’impulsion de trois ingénieurs, Thomas Tirtiaux, Enzo Laurent et moi-même. Dans le cadre d’un projet d’école, nous avons d’abord développé un algorithme permettant de mesurer la luminosité sur les terrasses et cafés parisiens. Ensuite, nous avons fait le choix de cibler le secteur immobilier, de façon à nous spécialiser dans le calcul du potentiel de luminosité et d’ensoleillement d’un bien neuf ou existant. La luminosité représente en effet le troisième critère prioritaire lors de l’acquisition d’un bien, derrière le prix et l’emplacement géographique. Or, il n’existe aucun indicateur scientifique dans le domaine. Notre bureau d’études est aujourd’hui le seul à se positionner sur ce créneau.

Quelles solutions proposez-vous et à qui s’adressent-elles ?

C.H. : Nous avons créés deux indices, l’un se rapportant à la luminosité, l’autre à l’ensoleillement. Ils sont destinés aux concepteurs de logements et aux agents immobiliers. Lorsque le logement existe déjà, les promoteurs peuvent se doter de notre application mobile pour prendre des photos soit des ouvertures de l’habitat (fenêtres, baies vitrées etc.), soit de ses points stratégiques en termes de luminosité et d’ensoleillement. A partir de ces clichés, notre algorithme permet de détecter leur orientation, ou encore la présence d’immeubles mitoyens, de façon à pouvoir calculer le nombre d’heures d’ensoleillement dont bénéficieront les pièces à vivre.

>> Lire aussi : Que la lumière naturelle soit !

En phase de commercialisation, le promoteur pourra intégrer ces données dans notre simulateur de luminosité, accessible en ligne via une plateforme dédiée, de sorte à pouvoir présenter aux acquéreurs potentiels du bien la luminosité dont bénéficie chaque pièce aux différentes heures de la journée. Lorsque le logement est encore inexistant, nous proposons aux concepteurs de pouvoir modéliser le bâtiment et son environnement en 3D sur base des plans établis par l’architecte. Notre algorithme calcule alors le temps d’ensoleillement et de luminosité dont disposera chacune des pièces du programme.

Quels sont les avantages de ces outils ?

C.H. : Nos solutions permettent d’obtenir un gain de 9 à 10% de luminosité et d’ensoleillement dans les habitats. Grâce au calcul de ces données, les concepteurs peuvent améliorer leurs plans dans ce sens, en modifiant par exemple la taille et l’emplacement des fenêtres ou en revoyant l’utilisation de certains matériaux de construction, comme les revêtements. Lorsque l’ensoleillement et la luminosité sont optimisés dans un logement, ses habitants réalisent des économies d’énergie, pouvant bénéficier plus longtemps de l’éclairage naturel sans avoir besoin de recourir aux lumières artificielles, mais aussi en réduisant ou en évitant l’usage de la climatisation des lieux en été ou du chauffage en hiver. Par ailleurs, plusieurs études ont démontré les bienfaits multiples de la lumière naturelle sur la santé et le bien-être. La luminosité fait partie intégrante du confort dans le secteur de l’habitat.

Quels sont les coûts de ces prestations ?

C.H. : Nous fonctionnons sur la base d’un forfait par logement. Pour les promoteurs, l’accompagnement à la commercialisation est tarifé à 75 euros hors taxes. Pour un accompagnement à la conception, il est chiffré à 150 euros hors taxes.

Trois ans après son lancement, Solen rencontre-t-elle le succès espéré ?

C.H. : Nous sommes très contents. Nous travaillons avec une trentaine de promoteurs immobiliers partout en France, pour quelque 600 agences. Notre développement nous a permis d’agrandir notre équipe à une douzaine de personnes et nous avons initié des projets en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg et prochainement en Angleterre. Notre ambition reste de créer le premier indicateur objectif d’ensoleillement et de luminosité dans le secteur de l’immobilier, même s’il n’existe à ce jour aucune réglementation dans le domaine.

Pin It on Pinterest